Exposition collective en hommage à Antonios Loupassis

Antonios Loupassis

11 et 12 mars 2017

au Sureau

25, rue Boieldieu

93500 Pantin

15h – minuit

métro Église de Pantin

En ce début d’année Antonios LOUPASSIS est mort, seul chez lui dans la Nièvre. Plus qu’un

ami, il était un double, tellement lié à mon travail, vingt ans de collaboration, vingt ans de vie.

Les 11 et 12 mars, avec ceux qui l’ont connu, aimé, fréquenté, nous organisons autour des

oeuvres d’Antonios deux journées d’hommage, d’exposition, de projections de films et de fête,

dès 14 heures, au Sureau à Pantin (squat d’étudiants des Beaux-Arts de Paris, dont certains

avaient voyagé avec lui à Athènes).

Antonios était Grec, Crétois même, il avait quitté la Grèce en 1993 et avait été architecte.

Nous nous sommes connus en 1996, il était vendeur d’un journal de rue, « La Rue », vendu

par des sans domicile fixe, j’avais monté un projet photographique avec Médecin du Monde et

l’association Ne Pas Plier. Les images de ce projet, faites par les vendeurs, montrent un autre

usage de la ville, qui n’est pas forcément le nôtre, un usage d’une ville qu’on connaît mais

qu’on ne voit pas de cette façon. Les photographies d’Antonios étaient assez extraordinaires,

il en a fait beaucoup et n’a pas arrêté depuis.

Nous ne nous sommes plus jamais quittés. Je l’ai aidé, admiré, soutenu, soigné, tiré de tous

les mauvais pas imaginables. Une fois, rattrapé par la psychiatrie qui l’enfermait, j’ai mis un

an à le retrouver. Je l’ai entraîné dans mon travail, à la Fémis, aux séminaires des Beaux-Arts.

Il a continué à faire des photos, à Paris, puis à Imphy (dans la Nièvre) et en Grèce, où je l’ai

accompagné.

Antonios n’était pas un dilettante, faire des images était pour lui un travail, une recherche, un

point de relation avec moi. Nous avons parlé indéfiniment de ses images, de la construction,

de la lumière. Il se voulait libre, et je le considérais comme tel. Ses images, sa présence ont

changé ma pensée sur l’art, la photographie, la société.

Marc PATAUT

Voir le programme complet ci-après,

En espérant vous voir nombreux

Avec

Sandra ALVAREZ DE TOLEDO, Violette ASTIER, Sergio AZUAJE, Fanny BEGUERY,

Madeleine BERNARDIN SABRI, Clément BOUDIN, Jean-François CHEVRIER, Manuel CHEVRIER,

Camille COSSON, Marianne DAUTREY, Lorraine DRUON, Florian FOUCHÉ, Urbain GONZALEZ,

Gaétan LAVOINE, Charlotte Victoire LEGRAIN, Antonios LOUPASSIS, Jehane MAHMOUD,

Blanche MAINVILLE, Anaïs MASSON, Véronique NAHOUM-GRAPPE, Chantal PATAUT,

Elia PIJOLLET, Maxence RIFFLET, Julien SALBAN-CREMA,

Le SUREAU, Claire TENU, Antoine YOSEPH.

En point d’orgue, le samedi 11 mars à 17 h, aura lieu la projection d’une conférence donnée

par Antonios LOUPASSIS au Jeu de Paume le 7 décembre 2013 lors du séminaire « L’intimité

territoriale. Territoire et assemblage » sous la direction de Jean-François Chevrier.

Samedi 11 mars

15 h

Ouverture de l’exposition au public (elle reste visible jusqu’au dimanche soir)

OEuvres d’Antonios Loupassis et de Sergio Azuaje, Fanny Béguery,

Madeleine Bernardin Sabri, Clément Boudin, Camille Cosson, Lorraine Druon,

Florian Fouché, Urbain Gonzalez, Blanche Mainville, Anaïs Masson et Maxence Rifflet,

Marc Pataut, Claire Tenu, Antoine Yoseph, Julien Salban Crema ;

huiles essentielles, boule à facettes, France Musique, café, chants de pêcheurs grecs…

17 h

Projection de la conférence d’Antonios Loupassis le 7 décembre 2013 au Jeu de Paume,

dans le séminaire « L’intimité territoriale. Territoire et assemblage », durée 1 h 10

19 h

Cours de syrtaki, sirtaki, sirtáki, syrtáki, συρτάκι

20 h 30

Dîner, chacun-e apporte à manger et à boire

22 h

Projection du film d’Albert Serra, Honor de Cavalleria (2006), durée 1 h 50

Dimanche 12 mars

13 h

Grande salade grecque, chacun-e apporte boissons et victuailles couleur locale ;

huiles essentielles, boule à facettes, France Musique, café, chants de pêcheurs grecs…

15 h

Projection de La Pierre Triste, de Filippos Koutsaftis (2000), durée 1 h 25

17 h

Projection de L’Ordre de Jean-Daniel Pollet (1973), durée 44 min

21 h

Projection de Zorba le Grec de Michael Cacoyannis (1964), durée 2 h 22