L’association

C’est à l’occasion du premier « Salon pour un Commerce Equitable », qui s’est déroulé du 25 au 27 novembre 2006, qu’a été ouvert officiellement le site internet TS Médias. Christian Pellicani, cheville ouvrière de cet événement, secrétaire général du Mouvement National de Lutte pour l’Environnement (MNLE), militant infatigable pour le développement durable, en est l’un des artisans. Il nous explique ici les raisons de ce site.
Interview.

Jacques Soncin : Qu’est-ce que TS Médias ?
Christian Pellicani : « Il s’agit d’un portail internet consacré à l’économie sociale et qui s’en nourrit, visant à lui donner conscience de son poids et de sa réalité, tout en éclairant les contradictions qui la traversent. Certaines banques, comme le Crédit Agricole ou le Crédit Mutuel, se trouvent dans le champ de l’économie sociale et pourtant, elles suivent une démarche totalement libérale. L’économie sociale a besoin de se faire connaître. Certes, toutes les mutuelles, les coopératives et les grands réseaux associatifs possèdent déjà leurs moyens de communication, mais nous avons simplement la volonté de créer un portail qui les relie, pour offrir une vitrine de qualité professionnelle à un secteur qui, malgré son dynamisme, manque cruellement de visibilité. TS Médias est donc à la fois un média par lui-même et un outil au service de l’économie sociale ».

Quel rapport entretenez-vous avec l’économie sociale ?
C.P. : « Aujourd’hui, il s’agit essentiellement pour nous de créer un lien entre les grandes structures de ce secteur et, en même temps, d’établir une relation suivie avec la Conférence Permanente des Coordinations Associatives (CPCA), qui existe dans chaque région. Il s’agit de réaliser une activité en réseau. Nous avons pour habitude de dire : « On vous informe, informez-nous ! ». Cet outil est un porte-voix, telle est l’image que nous voulons donner de ce portail, dont la finalité est de participer au débat d’idées sur les grandes questions de l’économie sociale ».

Depuis quand existe TS Médias ?
C.P. : « La naissance officielle, sous forme d’association, a été finalisée en novembre dernier à Aubagne, mais la réflexion qui a abouti à la création de TS Média a débuté dès janvier 2006. Il s’agit donc d’un outil encore en construction. L’internet, dont nous nous servons, est un moyen de communication révolutionnaire, dont on peut constamment faire évoluer la forme comme le fond. Il permet de s’exprimer dans l’immédiateté, avec une grande économie de moyens. On travaille à partir du local et on reçoit des informations de toute la planète. On peut être lu, entendu, vu d’un bout à l’autre du monde. Nous produisons ainsi une sorte de syncrétisme du global et du local ».

Quelles sont les forces qui animent TS Médias ?
C.P. : « Des personnes morales, des associations provençales actives dans le développement durable et des associations qui nous apportent une grande expérience dans le domaine de la communication comme, par exemple, l’association pour la Coopération des radios libres (Corali). Nous comptons aussi parmi nous des professionnels de l’image et des associations qui produisent du contenu ».

Comment se situe TS Médias par rapport à la Convergence des médias du tiers secteur ?
C.P. : « Nous étions présents aux Rencontres de Marseille, en mai 2006, consacrées aux médias associatifs et indépendants. Les débats qui se sont déroulés à la friche la Belle-de-Mai à cette occasion ont montré qu’il fallait protéger ce secteur et lui assurer des ressources qui lui permettent de remplir ses missions. Aujourd’hui, la conviction est de plus en plus largement partagée que, sans ces médias libres et indépendants, il n’existe pas de véritable démocratie pour faire pièce aux grands médias publics et commerciaux qui sont dans les mains de l’argent et de la droite. Les magazines mutualistes, qui ne vivent qu’avec les cotisations des adhérents, doivent être soutenus par la puissance publique. De ce point de vue, nous nous situons tout à fait dans la problématique défendue par les médias alternatifs. Les débats de la friche la Belle-de-Mai ont bien mis en évidence que la réponse devait se situer au niveau politique, pour pouvoir vraiment apporter de nouveaux droits et susciter de nouvelles formes d’organisation, plus démocratiques. Nous sommes donc bien en phase avec la Convergence ».

Propos recueillis par Jacques Soncin

Ligne éditoriale

Ligne éditoriale.

Tiers Secteur Média est un organisme indépendant qui s’engage à la promotion des structures et acteurs de l’économie sociale et solidaire et du développement durable.

La revue en ligne Tiers Secteur Média se donne pour mission de donner la parole aux « sans », exclus de la sphère médiatique classique : …