Le goût du geste

L’Association des métiers d’arts et des techniques (AMAT) œuvre depuis cinq ans pour redonner tout leur prestige aux métiers d’arts qui conjuguent à merveille les dimensions artisanales et artistiques. Une mission menée avec brio comme le démontre le succès grandissant du Salon des métiers d’arts dont la 5e édition ouvre ses portes du vendredi 9 au dimanche 11 novembre. 

Redonner vie au travail artisanal : c’est le leitmotiv de l’Association des métiers d’arts et des techniques (AMAT) qui organise à partir de ce vendredi 9 novembre, en partenariat avec le Crédit Mutuel et la mairie du 1er secteur de Marseille, la 5e édition du Salon des métiers d’arts à la Maison de Quartier, 12, rue des Lices, dans le 7e arrondissement. « Le travail artisanal est un travail de mains, d’idées et de goûts, souligne Gilbert Bertolini, président de l’AMAT. Or, aujourd’hui avec les moyens technologiques, on a abandonné le système artisanal au profit d’un système productif. Cette mécanisation et le profit ont tué l’artisanat. »

Une évolution que déplore celui qui fut artisan dans l’ébénisterie durant de longues années. D’ailleurs, même si le temps a passé, la passion et l’artistique ne sont jamais loin lorsque Gilbert Bertolini évoque ce travail du bois, du plaquage et tout ce qui fait le métier d’ébéniste. « Nous faisions des meubles stylisés provençaux, Louis XV. Même les meubles modernes il fallait les réaliser avec goût », tient-il à rappeler. Durant trois jours, il exposera ainsi à la Maison de Quartier un meuble médaillé qui fut proposé au concours du meilleur ouvrier de France en 1967.

Outre le système productif, l’évolution des modes de consommation, avec l’avènement du « jetable », explique aussi que l’artisanat soit moribond. Pourtant, alors que des meubles industriels finissent chaque jour dans les poubelles de Marseille, les meubles anciens s’offrent fréquemment une deuxième ou troisième vie. Et de nombreux métiers artisanaux désormais repoussés dans l’ombre demeurent pourtant toujours essentiels de nos jours. On a ainsi toujours besoin de vitraillistes dans la conservation du patrimoine, notamment des églises, ou de tailleurs de pierre.

Sortie d’un livre sur la passion des métiers d’arts en 2013

Autant de raisons de leur redonner toute leur place et de venir redécouvrir durant trois jours, de vendredi à dimanche, ce savoir-faire où se conjuguent les dimensions artisanales et artistiques. L’occasion de s’apercevoir aussi que la modernité peut être mise au service de l’ancien, comme le démontre l’artisan Haut-Alpin Gilles Gaillard qui a conçu un vélo en bois. Au total, les « Trois jours des métiers d’arts » accueilleront cette année 22 artisans contre 15 l’année passé. Un succès qui amène l’AMAT à rechercher un nouveau lieu pour accueillir l’événement l’année prochaine car la halle de la rue des Lices a atteint ses limites. Cette année, trois sculpteurs, trois photographes, un potier, des créateurs du secteur de la mode, une « artisan du cru » produisant du savon de Marseille ou encore un vannier des Hautes-Alpes, département représenté par cinq exposants, partageront ainsi avec le public leur passion pour le métier.

Et à la veille de l’année Marseille Capitale Européenne de la Culture 2013, les projets de l’AMAT ne s’arrêtent pas là. A « L’Atelier des arts », rue d’Aubagne, géré en partenariat avec l’association Marseille Culture Artisanat (MCA), Thierry Pellicani reçoit toute l’année des artisans d’arts. Le but pour l’année 2013 est d’actualiser l’exposition de l’association qui a beaucoup tourné avec succès. « On a aussi collecté la mémoire de notre ami Gilbert Bertolini pour sortir un livre sur les métiers d’arts et la passion des métiers d’arts, précise Etienne Lévy, président de l’association MCA. Cet ouvrage sortira avant la fin de l’année Marseille capitale européenne de la culture. »

Serge PAYRAU

Les 3 Jours des Métiers d’art, les 9, 10 et 11 novembre à la Maison de Quartier, 12, rue des Lices à Marseille (7e) : le vendredi de 10h à 19h30, le samedi de 10h à 22h et le dimanche de 10h à 20h.

Outre l’ouverture au public ce vendredi, une inauguration institutionnelle se déroulera samedi à 11h en présence de Gilbert Bertolini, président de l’AMAT, d’Etienne Lévy, président de MCA, et de Patrick Menucci, député-maire du Premier secteur de Marseille.